Flash Forward : Robert J. Sawyer repense le voyage dans le temps

Couverture française de Flash Forward

Vous connaissez peut-être déjà la série Flash Forward, qui a eu tellement de succès qu’elle a été arrêtée à la fin de la première saison, mais vous ne connaissez peut-être pas le livre Flash Forward écrit et publié en 1999 au Canada par Robert J. Sawyer et traduit et publié dix ans plus tard en France.

Flash Forward est un livre de pure science fiction, la plus grande partie de l’histoire se déroule au CERN, le Centre Européen de Recherche Nucléaire, situé dans les environs de Genève (existe vraiment), l’intrigue tourne autour du LHC, Grand Collisionneur de Hadrons, (existe vraiment) et de l’expérience ALICE censée nous apprendre beaucoup de choses sur l’évolution de la matière depuis le Big Bang (expérience en cours dans la réalité).

C’est juste avant le déclenchement de l’expérience ALICE que commence l’intrigue. Lloyd Simcoe, chercheur canadien, sa compagne Michiko Komura, ingénieur, et son associé Théo Procopides, chercheur également (tous des personnages fictifs on s’en doute) sont confortablement installés devant les moniteurs de mise en route du LHC. Leur expérience commence à 17 heures tapantes. L’heure sonne, le LHC est mis en route, toute l’équipe se retrouve projetée dans une autre réalité, comme un rêve, à l’intérieur de leur propre corps, une vingtaine d’années plus tard, pendant un laps de temps très court, laissant leur corps du présent dans un coma profond, toute l’équipe sauf Théo Procopides qui n’a vu que du noir. Ils se réveillent et découvrent qu’ils ne sont pas les seuls à avoir subit ce déplacement spatiotemporel, c’est l’humanité entière qui a vu son futur, l’humanité entière qui s’est retrouvée dans le coma pendant environ 2 minutes, provocant à son insu une multitude d’accidents graves. Durant ce laps de temps la fille de Michiko meurt écrasée par une voiture dont le chauffeur s’est endormi au volant, des centaines d’avions se sont crashés, des millions de personnes ont perdu la vie, mais tous les survivants ont vu leur avenir. Au réveil, le monde change complètement, des dizaines de milliers de brevets sont déposés, certains font rapidement fortune pendant que d’autres cherchent leur âme sœur.

L’intelligence de l’auteur est d’avoir gardé un seul et unique fil conducteur. Tout au long du livre nous découvrons l’évolution de Lloyd, Théo et Michiko. Lloyd qui se demande pourquoi est-ce que la femme qu’il a vu dans son lit n’est pas Michiko, Michiko qui se demande a qui est la fille qu’elle voit dans son avenir et qui n’est pas celle qu’elle a perdu et Théo qui cherche désespérément les raisons de sa mort survenue quelques heures avant le flash forward. Sawyer a su rendre accessibles à tous des termes scientifiques complexes en utilisant des expériences réelles à des fins fictives. Ce livre est simple, divertissant, lu en quelques heures comme tout bon polar, ici grâce à l’enquête de Théo qui tient en haleine son lecteur. Sawyer nous amène à une réflexion intéressante sur la notion de futur immuable, ou de destin tragique, puisqu’en perdant la moitié de sa vie à tenter d’échapper à sa mort, Théo oublie simplement de vivre.

Bémol toutefois, en terminant le livre j’ai eu comme l’impression qu’il était bâclé, entamant une réflexion bien trop courte sur l’immortalité.

 

Publicités

Un commentaire sur “Flash Forward : Robert J. Sawyer repense le voyage dans le temps

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :